Livret pédagogique

Livret pédagogique

Télécharger

Accueil
Accueil  >   Newsletter de la Faculté   >   Numéro 2 - Janvier 2016   >   Les formations   >   Parcours « Agrégation externe de physique (...)

Parcours « Agrégation externe de physique »

Présentation du parcours « préparation à l’Agrégation externe de physique option physique »

Marguerite BARZOUKAS et Thierry CHARITAT sont professeurs à l’UFR physique & ingénierie et responsables du parcours préparation à l’Agrégation de physique option physique. Ils ont été interviewés le 09/11/2015 par Édouard Laroche et Sarah Prohaska.

Quelles conditions faut-il remplir pour devenir agrégé ?

Aujourd’hui, pour être agrégé il faut réussir le concours de l’Agrégation qui n’est ni un diplôme, ni un titre, mais un concours de recrutement de la fonction publique. Il faut aussi être titulaire d’un master ou équivalent au moment de la publication des résultats d’admissibilité (aux alentours du 15 mai). Il est également indispensable d’être ressortissant de l’U.E.

Comment fonctionne le parcours de préparation à l’Agrégation de physique de l’UFR ?

A l’UFR physique & ingénierie, la préparation à l’Agrégation de physique est un parcours de la spécialité Matière Condensée et Nanophysique (MCN) du master Physique. En première année de master, les cours de physique fondamentale sont mutualisés avec le M1 Physique. En plus de ces cours de tronc commun, les étudiants suivent des cours d’options ainsi que quelques cours de chimie avec la préparation au CAPES Physique-Chimie dont l’ESPE a la responsabilité. Par contre, la deuxième année du parcours préparation à l’Agrégation est déconnecté de la spécialité MCN car elle est consacrée entièrement à la préparation du concours.

Existe-t-il des collaborations avec d’autres préparations ?

Nous mettons des moyens en commun avec la préparation à l’Agrégation de chimie de l’Unistra. Les TP de physique et de chimie sont mutualisés car ces deux filières sont à petits effectifs. Les moyens sont mis en commun car il y a une bonne entente entre les responsables et ce partenariat participe à la pérennité de ces formations. En effet, les salles de TP, le matériel et les enseignants sont les mêmes ce qui constitue une sorte d’« équipe pédagogique » Agrégation physique/Agrégation chimie. Les étudiants de la préparation à l’Agrégation de physique sont deux jours par semaine en TP de physique et un jour par semaine en TP de chimie et inversement pour les étudiants de la préparation à l’Agrégation de chimie. Cependant, ce mode de fonctionnement reste faisable pour la préparation des TP mais pas pour les cours.

Très récemment, une convention a été signée avec l’Université Mohamed V de Rabat. Nous participerons à la mise en place d’une préparation à l’Agrégation de physique au Maroc. Dans ce contexte, l’année prochaine deux étudiants de l’Université Mohamed V viendront suivre la préparation à Strasbourg.

Comment se déroule les études en préparation à l’Agrégation ?

Le programme est énorme, beaucoup de connaissances sont demandées en physique et en chimie. Il est préférable de préparer le concours directement après le M1 plutôt qu’après un M2 recherche ou une reprise d’études. Le public est d’ailleurs de plus en de plus en plus varié. Il y a, par exemple, des ingénieurs voulant changer de métier, des élèves d’école d’ingénieurs… Tous les étudiants de la promotion travaillent bien : « ils sont très bons mais c’est très dur car le concours est très sélectif ». C’est un concours difficile à passer sans préparation car il faut savoir manipuler en physique et en chimie. Cela demande un investissement important. « Travailler à côté est difficile et quand ça arrive ça se passe plutôt mal car c’est une formation plus lourde qu’un master classique en termes d’heures ». Les promotions sont petites (6 à 10 étudiants). Avant les écrits, il y a une préparation aux épreuves écrites de physique et de chimie du concours. La préparation aux oraux consiste en six présentations par semaine (deux montages de physique, deux leçons de physique et deux leçons de chimie). Elle s’interrompt quelques semaines avant et pendant les épreuves écrites. Les étudiants passent presque chaque semaine ce qui les aide pour l’oral du concours. Cela demande un travail collectif, les étudiants ont vraiment intérêt à travailler ensemble toute l’année. Les promos de six à sept étudiants représentent une masse critique, l’idéal étant une dizaine d’étudiants. Un des avantages de la préparation à l’Agrégation est qu’elle laisse une possibilité de réorientation au cours du cursus, contrairement au master MEEF préparant au CAPES. Les étudiants en M1 peuvent se réorienter en M2 recherche s’ils changent d’avis : « les portes restent ouvertes ». Il arrive également qu’ils passent l’Agrégation puis fassent un M2 recherche ensuite. Statistiquement, chaque année, un étudiant ayant réussi l’Agrégation continue par une thèse après un M2 recherche. Ils réussissent très bien et terminent en général dans les premiers du master. C’est positif car cela forme des enseignants connaissant le milieu universitaire. Après l’Agrégation il y a un an de stage de titularisation sauf pour les étudiants en thèse qui peuvent être titularisés après leur monitorat.

Comment se passe le concours ?

Chaque année, le jury publie le programme des écrits et la liste des sujets pour les oraux. Pour les écrits, le programme correspond à un niveau de première année de Master (M1). Pour les oraux, il est construit en fonction des programmes de lycées, de CPGE et de Licence. Les sujets des écrits évoluent ces dernières années, il y a moins de calculs ce qui demande moins de mémorisation et plus de « sens physique ». Les épreuves écrites durent trois jours et actuellement se passent début mars. Puis les premiers étudiants admissibles partent mi-juin pour les oraux. Les préparations durent jusqu’au début des oraux. Les étudiants travaillent sur les sujets qui vont tomber (une liste est fournie chaque année). Ces sujets tiennent en une phrase. Exemple de nouvelle leçon de physique : la gravitation. Le candidat tire un sujet au sort pour la leçon de physique et de chimie et deux sujets pour le montage de physique (il choisit l’un des deux). Il a 4h de préparation pour chaque épreuve orale aidé d’un technicien, de matériel de TP et de livres, puis le jury arrive.

Quel est le nombre de places offertes au concours externe de l’Agrégation de physique ?

Il y a deux ans, 75 places étaient ouvertes au concours (sur 1400 inscrits, 750 candidats ont été présents aux trois épreuves). Cette année il y a 92 postes offerts (le chiffre officiel vient d’être publié). Le nombre augmente mais il faut savoir que ces dernières années il avait fortement baissé. En effet, il y a 10 ans il y avait environ 180 places. Actuellement, il y a peu de places et par conséquent certaines préparations à l’Agrégation de physique n’ouvrent plus. A notre connaissance, la préparation de l’UFR est la seule restante dans l’est de la France. Pour le concours 2015, à l’UFR physique & ingénierie, sur sept étudiants à suivre la formation, cinq ont réussi. Quatre étudiants sont en stage et un en master recherche. Fait exceptionnel, les quatre étudiants restent dans l’académie de Strasbourg pour leurs stages. C’est nouveau. Avant, ils étaient envoyés dans d’autres académies tout de suite. Nous ne savons pas si cela va durer. Un des étudiants est en CPGE ce qui est rare (il avait un bon classement) et trois sont en lycées (mais ni en post-bac, ni en BTS).

Qui intervient en préparation à l’Agrégation ?

Ce sont essentiellement des enseignants-chercheurs ayant l’agrégation mais il y a également des moniteurs, des PRAG ou des techniciens comme François STUBER qui est indispensable à la formation. Sur un plan personnel, c’est très agréable d’enseigner en préparation à l’Agrégation car c’est un public motivé et c’est un plaisir de les voir avancer. Nous sommes ouverts aux nouveaux enseignants. Il y a une réelle volonté d’ouverture aux nouveaux collègues.

Quels conseils donneriez-vous aux étudiants intéressés par l’enseignement ?

Typiquement les élèves intéressés par l’enseignement devraient choisir des études en licence Physique-Chimie ou en licence Physique. Un parcours purement universitaire n’est pas un handicap par rapport aux étudiants qui viennent de CPGE. L’ouverture du magistère de Physique fondamentale (MdPF), l’an dernier, a des effets positifs car il permet d’attirer de bons éléments en L3 et il offre la possibilité de suivre la préparation à l’Agrégation. La préparation à l’Agrégation forme des jeunes ayant un réel intérêt et ayant un but. Ce seront de très bons enseignants avec un niveau supérieur à ce qu’ils enseigneront en lycée. Il y a du travail dès la sortie, c’est très professionnalisant.