Livret pédagogique

Livret pédagogique

Télécharger

Accueil
Accueil  >   Newsletter de la Faculté   >   Numéro 4 - Avril 2018   >   Formations   >   Master Physique

Master Physique

R. Jalabert T. CharitatRodolfo JALABERT (directeur adjoint de l’IPCMS depuis janvier 2018) a été responsable du master de Physique de 2008 à 2017. Aujourd’hui, la responsabilité a été reprise par Thierry CHARITAT (enseignant-chercheur à l’ICS). Le master de Physique a subi des modifications dans le cadre de la nouvelle offre de formation 2018-2022.

Quels changements sont intervenus en première année de master de Physique ?

Avec l’ouverture du magistère de Physique fondamentale (MdPF), il y a eu une nette augmentation des effectifs et du niveau général des étudiants. Nous sommes passés d’une trentaine d’étudiants il y a 3-4 ans, à une cinquantaine d’étudiants actuellement. D’une part, ceci a donné lieu cette année au dédoublement des groupes de TD au premier semestre du M1. D’autre part, de nombreux cours d’option ont pu ouvrir. Nous comptons pérenniser ceci dans le futur.

La nouvelle offre de formation a permis de mener une réflexion sur la formation, les objectifs, ainsi que les compétences attendues à l’entrée du master. Certains changements ont donc été introduits, comme par exemple :

  • Des cours de calcul numérique au premier ainsi qu’au second semestre.
  • L’UE Recherches actuelles en physique passe du second au premier semestre, afin que les étudiants découvrent plus tôt dans l’année les activités de recherche des différents laboratoires strasbourgeois.
  • L’ouverture d’une option d’optique.
  • La formalisation de la participation d’un groupe d’étudiants au « French Physicists’ tournament », qui devrait faire partie des options proposées l’an prochain. Cette année déjà, une dizaine d’étudiants ont eu l’opportunité de participer à ce tournoi national, où ils se sont classés 6e sur 12 équipes entrées en lice. Cela a demandé quelques aménagements mais les étudiants en ont retiré une expérience très valorisante.

De plus, les conseils de perfectionnement ont permis d’améliorer l’offre pédagogique, même si la nouvelle accréditation n’a pas entrainé de restructuration majeure pour 2018-2022.

Quels ont été les changements apportés en M2 mention Physique ?

En master 2, nous avons pu constater une montée en puissance du parcours Physique cellulaire. Nous bénéficions d’un recrutement de très haute qualité avec des candidatures émanant du monde entier. C’est une spécialité unique dans le paysage européen qui intéresse des laboratoires de nombreux pays qui nous soutiennent avec une offre de stages importante.

Au niveau des quatre autres spécialités du M2 Physique, le recrutement reste stable. Nous attirons de bons étudiants, notamment grâce au partenariat privilégié avec Télécom Physique Strasbourg (principalement pour les parcours Astrophysique et Physique subatomique et astroparticules) et au recrutement international. Nous bénéficions également du soutien du LabEx NIE qui offre des bourses sur critères académiques aux étudiants. Le démarrage de l’Ecole universitaire de recherche Qmat (Quantum Science and Nanotechnologies) à la rentrée prochaine devrait également contribuer au recrutement d’excellents étudiants à l’international.

Avec la nouvelle accréditation, chaque spécialité de M2 a mené une réflexion en concertation avec les laboratoires d’accueil. Les spécialités sont devenues des parcours dans la nouvelle habilitation. Les changements les plus importants ont eu lieu dans le parcours Matière condensée et nanophysique, au niveau des cours proposés et de leurs programmes, et ceci en adéquation avec les avancements récents du domaine.

A quoi correspond le parcours Agrégation ?

C’est un parcours qui permet aux étudiants qui le souhaitent de préparer l’Agrégation de Physique-Chimie/Option Physique, un concours difficile, avec moins de 100 places offertes au niveau national (70 en 2018, 72 en 2017). En M1, ce parcours est fortement mutualisé avec le parcours recherche, permettant la réorientation des étudiants en cours d’année ou en fin de M1. En M2, l’année est entièrement consacrée à la préparation des épreuves écrites et orales du concours.

Interview réalisée Sarah Prohaska et Guillaume Weick.