Livret pédagogique

Livret pédagogique

Télécharger

Accueil
Accueil  >   Newsletter de la Faculté   >   Numéro 5 - Juin 2019   >   Actualités   >   Physique pour tous

Physique pour tous

Thierry PRADIER est maître de conférences depuis septembre 2002 à l’Institut Pluridisciplinaire Hubert CURIEN (IPHC). Il travaille dans le domaine de la physique des astroparticules sur le projet européen KM3NeT, regroupant environ 250 personnes. Cette expérience s’appuie sur deux téléscopes sous-marins, l’un situé au large de Toulon à 2500 m de profondeur, l’autre au large de la Sicile à 3500 m. Ces détecteurs permettent de travailler sur la question de l’origine des rayons cosmiques, ainsi que sur la détermination de la masse des neutrinos. En particulier, il s’intéresse aux émissions conjointes de neutrinos et d ’ondes gravitationnelles (détectées avec les interféromètres Virgo/LIGO).

Comment est né le projet « Physique pour tous » ?

Je suis initialement à l’origine du projet. J’ai ensuite sollicité des collègues de l’IPHC tels qu’Eric CHABERT, Auguste BESSON, Eric CONTE, Éric BAUSSAN ou Pierre VAN HOVE pour participer aux cours. Le projet a également reçu le soutien logistique de Marc-Olivier HUTZINGER, Eric KARTNER, et François STUBER de la Faculté P&I.

La motivation première était de parler de choses simples avant d’aborder des éléments plus complexes. En effet, beaucoup de conférences grand public sont organisées, notamment par des membres de l’IPHC, sur le domaine de la physique des particules et des hautes énergies. Or lorsque l’on donne ce type de conférence, on se rend compte bien souvent que la connaissance du public envers des notions beaucoup plus basiques, telle que pourquoi on ne sent pas la Terre tourner sur elle-même ou pourquoi la poignée d’une porte est loin de l’axe, sont mal connues. Il s’agit également d’un acte politique, qui consiste à rendre la culture, et donc la science, au peuple. Il est en effet possible de faire comprendre des notions physiques compliquées, même à des personnes n’ayant pas de formation scientifique poussée, simplement en prenant du temps. La physique en particulier, et la démarche scientifique en général, est également un prétexte pour réfléchir et développer son esprit critique.

Comment se déroulent les cours ?

Il y a cinq cours du soir d’1h30 par cycle, accompagnés de petites expériences, filmées à l’aide de caméras. Les cours ont lieu les mardis de 18h30 à 20h dans l’amphithéâtre Fresnel de la Faculté P&I. Les cours sont ouverts à tous, gratuits, et sans inscription ou réservation préalable. Les cycles pour cette année universitaire sont les suivants :

  • Physique & Cinéma : aux frontières du réel ;
  • Physique du Quotidien ;
  • Physique & Fiction ;
  • Physique (in)certaine ;
  • Perception du monde : au-delà de nos sens.

Quel public assiste aux cours ?

Les personnes assistant aux cours proviennent de tranches d’âge très diverses, allant du collégien/lycéen au retraité. Pour les actifs et les retraités, il s’agit principalement d’enseignants du secondaire du domaine des sciences et techniques, de médecins, etc., c’est-à-dire des personnes ayant déjà une formation scientifique. Dans le futur, nous souhaitons attirer des non-scientifiques et notamment des personnes ayant arrêté leurs études relativement tôt.

Le projet sera-t-il reconduit l’an prochain, et, si oui, que prévoyez-vous de nouveau ?

Le projet sera reconduit en 2019-2020, sous différentes formes. Dans l’optique de toucher un public différent et si possible plus large, nous comptons organiser les cours à l’extérieur de l’Université, « hors-les-murs ». Différents lieux (médiathèques) et horaires (le weekend) sont envisagés, afin de tenter d’élargir les profils des personnes venant y assister.

Un appel aux volontaires auprès des différents laboratoires de physique strasbourgeois a été lancé pour la rentrée afin de conserver une offre de cours qui auraient lieu à l’Institut de Physique le mardi soir pour satisfaire et conserver le public de cette année.

De plus, il est envisagé de faire de ces cours du soir un supplément au diplôme pour certaines filières de l’Université de Strasbourg, comme les sciences humaines et sociales, car ils apportent des notions de physique de base. Il serait aussi souhaitable que ces cours du soir soient proposés aux doctorants des Ecoles doctorales non-scientifiques de l’Université, ainsi qu’aux enseignants du primaire et du secondaire souhaitant élargir leurs connaissances scientifiques.

Pour en savoir plus : http://physiquepourtous.unistra.fr Contact : physiquepourtous@unistra.fr ou thierry.pradier@unistra.fr

Interview réalisée par Edouard Laroche, Sarah Prohaska et Guillaume Weick.

Eric Conte et Thierry Pradier - JPEG - 16.3 ko
Eric Conte et Thierry Pradier