Livret pédagogique

Livret pédagogique

Télécharger

Accueil
Accueil  >   Newsletter de la Faculté   >   Numéro 2 - Janvier 2016   >   Les formations   >   La nouvelle spécialité " Physique cellulaire (...)

La nouvelle spécialité " Physique cellulaire "

La Gazette : Quelle a été la motivation pour ouvrir cette nouvelle filière ?

La biologie suscite l’intérêt croissant de physiciens depuis une vingtaine d’années. La matière vivante est hors équilibre par essence, et elle constitue à ce titre un système expérimental de choix pour tester des théories nouvelles en physique. Par ailleurs, la biologie est devenue systématiquement quantitative et les expériences requièrent des modélisations voisines de celles développées en physique, par exemple pour comprendre les transformations de formes des cellules et des embryons pendant la morphogénèse, les dysfonctionnements de cellules dans des cancers, mais aussi pour les approches génomiques et protéomiques dans lesquelles des milliers ou des millions de molécules sont en interaction. Les physiciens, les chimistes et les mathématiciens, s’attaquent dorénavant à ces questions en étroite collaboration avec des biologistes, en biologie des systèmes et en physique de la morphogenèse notamment.

La Gazette : Comment fonctionne cette filière ?

Un conseil scientifique international composé de J.-M. Lehn (Chimie), J. Prost (Physique) et M. Sheetz (Biologie) a validé le programme et suit de près la formation*. Une équipe pédagogique associe environ 20 intervenants de Strasbourg, et de villes voisines en France et en Europe. A moyen terme, cette spécialité permettra de nucléer une dynamique interdisciplinaire à Strasbourg et dans la région. Les propositions de stage sont très nombreuses depuis la rentrée, et montrent l’intérêt national et international pour ce type de formation. Par ailleurs, une Ecole d’été européenne est prévue à Strasbourg en juillet 2016 en collaboration avec l’Université de Saarland, qui a également placé comme prioritaire cette thématique.

La Gazette : Quel est le profil type des étudiants recrutés ?

La mise en place de cette spécialité Cell Physics est le résultat d’années de réflexion dans ce domaine avec le constat suivant : pour que les débats scientifiques soient productifs, il est nécessaire d’avoir une culture large en biologie, en physique, en mathématiques, en chimie, tout en gardant sa solide formation d’origine pour conserver sa propre vision scientifique. Il n’y a donc pas de « profil type », et la spécialité s’adresse aux très bons étudiants biologistes, physiciens , chimistes, ingénieurs, médecins. A titre d’exemple, la première promotion regroupe des étudiants issus de M1 de Physique, de faculté de médecine et d’école d’ingénieur en biologie. La rentrée de 2016 devrait permettre d’élargir le recrutement d’étudiants étrangers d’horizons divers.

La Gazette : Quels sont les points forts de la formation ?

Un premier point fort est le caractère pluridisciplinaire de l’année, avec une formation intense en Physique, Chimie et Biologie. La spécialité est portée par l’UFR de Physique, avec le soutien des Facultés de Biologie, Mathématiques, Chimie et les écoles d’ingénieurs de Strasbourg (ESBS et TPS). Des cours de base assurés début septembre permettent aux étudiants de suivre les cours du programme. Un second point remarquable est l’adossement important à l’expérimentation et à la recherche. Des travaux pratiques en mécanique, biologie moléculaire, biologie cellulaire, simulation numérique, imagerie, électronique, microfluidique ont été mis en place. La formation se termine par un stage long en laboratoire.

La Gazette : Comment sont sélectionnés les candidats ?

Le responsable de la spécialité, physicien, sélectionne les candidats sur interviews et dossiers avec des enseignants chercheurs en mathématiques, en biologie et en chimie, avec pour objectifs de sonder les motivations, compétences et ouvertures d’esprit des candidats pour cette formation interdisciplinaire.

La Gazette : Quels sont les débouchés envisageables après cette formation ?

Le débouché naturel de cette formation est la préparation d’une thèse dans un laboratoire de recherche académique. La formation pluridisciplinaire des étudiants devrait leur permettre de faire valoir des compétences larges pour poursuivre dans les différents métiers de la recherche académique ou appliquée (chercheur ou enseignant/chercheur, ingénieur recherche, gestion et évaluation de la recherche, communication scientifique par exemple). Les entreprises recherchent également des étudiants formés à cette culture scientifique.

*Voir le site web de la spécialité : http://www.physique-ingenierie.unis...

Promotion 2015 dans les Vosges : de gauche à droite, Nelson Hélaine (Physique), Marc-Antoine Jacques (Bioingénierie), Neji Zoghlami (Physique), Hélène Vignes (Bioingénierie), Daniel Riveline (physicien), Basile Jacquel (Médecine-Sciences), Simon Lo Vecchio (Médecine-Sciences), Jing Xie (Physique), Olufemi Bolaji (Mathématiques).