Livret pédagogique

Livret pédagogique

Télécharger

Accueil
Accueil  >   Newsletter de la Faculté   >   Numéro 4 - Avril 2018   >   Formations   >   Master Génie industriel

Master Génie industriel

Avec la nouvelle offre de formation 2018-2022, la spécialité de master Génie industriel devient une mention à part entière et son programme a évolué. Responsable de cette formation depuis 2009, Bertrand ROSE a été recruté en 2005 en tant que maître de conférences. Il effectue ses recherches au sein du laboratoire ICube (équipe Conception, Système d’Information et Processus inventifs).

A quand remonte la création du master Génie industriel ?

Le master Génie industriel a vu le jour au moment de la mise en place du parcours LMD. Jusqu’en 2012-2013, la spécialité s’intitulait « Génie mécanique et industriel » (GMI) et comptait un flux de 30 à 40 étudiants par promotion. Cette création s’appuyait sur l’héritage des formations issues de l’IUP Génie des systèmes industriels.

Le master était alors plus orienté génie mécanique que génie industriel. Le génie industriel englobe les compétences qui gravitent autour des sciences de l’organisation, de la conception et de la production, c’est-à-dire de la performance industrielle au sens large.

Quels sont les débouchés du master ?

Le master Génie industriel est une formation très professionnalisante. Elle vise les emplois de tous les secteurs manufacturiers (agroalimentaire, chimie, pharmaceutique, automobile, etc.) mais également les services (actions de conseil en qualité…).

En particulier, le "lean management", enseigné dans la formation, représente l’ensemble des actions, méthodes et outils permettant d’améliorer la production et les services associés, voire la conception. C’est une notion issue des théories japonaises émanant du toyotisme.

Nos partenaires industriels vont des PME jusqu’aux grands groupes. Ainsi, 8 7 étudiants de M1 sont cette année en alternance à la SNCF.

En quoi la formation est-elle particulièrement appréciée des recruteurs ?

Il y a d’abord l’apprentissage. Il a débuté en 2013-2014 avec le parcours Production industrielle et concernait des contrats d’apprentissage et de professionnalisation. Au début, il y avait une quinzaine d’étudiants, puis au bout de deux ans nous comptions 30 apprentis et aujourd’hui le nombre s’élève à 42. Au total, l’effectif est de 192 étudiants cette année (106 en M1 et 86 en M2).

Le master est labélisé Ecole du lean par le pôle PerfoEst, véhicule du futur. Nous avons été les premiers à l’être en Alsace. De plus, en 2015, la formation a été élue meilleur master par le classement SMBG.

En effet, le master est reconnu dans le domaine de l’industrie automobile et de la sous-traitance. Il bénéficie également d’un fort lien avec le tissu industriel local. Cela se manifeste par des visites d’entreprises et permet de bénéficier de sponsoring pour l’organisation du Lean Tour Est que nous accueillons depuis deux ans.

Quelles sont les nouveautés de la nouvelle offre de formation 2018-2022 ?

Avec la nouvelle maquette, l’objectif est de former des cadres pour l’usine du futur (ou "usine 4.0") à travers 4 axes :

  • La performance de l’outil de production.
  • L’utilisation de nouvelles technologies (PLM : product lifetime management, internet des objets, etc.).
  • L’excellence environnementale avec par exemple, le développement durable, le lean & green…
  • La valorisation de l’homme dans la production (ergonomie, sécurité, "softskills", etc.)

Ces différents aspects, déjà enseignés lors de la dernière habilitation, ont été renforcés dans la nouvelle offre de formation. Des groupes de travail ont notamment été mis en place avec des industriels comme l’UIMM ou PerfoEst afin de proposer une formation qui soit au plus près des besoins de l’entreprise.

Le détachement du master Sciences pour l’ingénieur a été une opportunité pour se calquer sur le cadrage ministériel. La spécialité Génie industriel est devenue une mention à part entière et cela donne de la visibilité autour de la performance industrielle ainsi que dans l’offre de formation. Nous avons un lien fort avec le tissu industriel local, notamment grâce aux visites d’entreprise, l’ouverture socio-économique et culturelle et le Lean Tour Est.

Ce master recrute en partie des étudiants ayant déjà fait de l’apprentissage, souhaitant continuer leurs études et étant attirés vers le management. A noter qu’ils sont de plus en plus nombreux à continuer en thèse (quelques-uns chaque année).

Interview réalisée par Edouard Laroche, Sarah Prohaska et Guillaume Weick.

Visite des apprentis du master GIPI chez Liebherr dans le cadre de leur semaine de visites d’entreprises. - JPEG - 151 ko
Visite des apprentis du master GIPI chez Liebherr dans le cadre de leur semaine de visites d’entreprises.